Dernières nouvelles

Etape 2 : gonflées à bloc !

Des Gazelles à plat, des fans dans le brouillard

Après une longue attente due à l’arrivée tardive d’une douzaine d’équipages qui n’avaient pu rentrer hier soir au bivouac, le classement de l’E1 n’a été publié que vers 13h30.

Sans véritable surprise, c’est en 3ème position que se sont classées Valérie et Corinne. L’erreur de cap au CP5 leur ayant certainement valu 1 place.

Ce matin, les fans et moi-même attendions comme d’habitude de suivre en direct la course sur le « live » du rallye. Malheureusement un problème technique nous en a empêché jusqu’en début d’après-midi. C’est donc très frustrés que nous avons dû prendre notre mal en patience, pour enfin pouvoir retrouver le tracé de nos Gazelles à partir du CP5 seulement.

Parcours E2

Le parcours du jour était une boucle de 115 km comportant 8 balises. Les Gazelles ont dû naviguer sur des terrains variés, pierres, reliefs, piste, sable pour certaines. Terrains nécessitant un pilotage fin et une gestion du cap demandant une grande expérience. Malgré cela, on a pu voir les deux équipages en tête de classement (27 et 20) faire quelques détours au contraire du Team21 qui a su négocier au plus près.

crevaisonLa journée fut clémente aux Gazelles contrairement à la veille, le vent s’était calmé et le soleil rayonnait de nouveau. Pour le Team21, le départ fut moins radieux ; le pneu avant droit était à plat et les mécaniciens du rallye qui avaient bossé toute la nuit dormaient d’un sommeil si profond que nos Gazelles n’eurent pas le cœur de les réveiller.

Décision fut donc prise de gonfler au maximum le pneu et de tracer jusqu’au CP2 pour y récupérer le road book. Impossible cependant de trouver la faille, sans doute une crevaison lente. Aussi, régulièrement, il fallut redonner quelques coups de pompe pour tenir jusqu’au bout.

Côté navigation, le CP3 fut difficile à trouver. Quant à arriver jusqu’au CP4, le terrain, tellement accidenté, parsemé de crevasses, décision fut prise de ne pas chercher à l’atteindre direct au cap. « Bien nous en a pris, on a gagné quelques centaines de mètres, notre RZR est passé sans problème. », s’exprimait ainsi soulagée Valérie.
« Valérie, une vraie gazelle, elle court toujours ! » s’exclame Corinne.

Arrivées au CP4, nouvelle crevaison !!! Cette fois-ci c’est le pneu avant droit qui s’affaisse. Corinne se précipite : « J’ai trouvé le trou, là. C’est bon je vais poser une mèche et on pourra repartir. »

Prise de capLa seconde partie de la journée a été plus calme. Une navigation entièrement au cap, malgré de nombreuses montagnes à franchir, d’énormes pierres sur la route et des dévers qui en auraient fait fuir plus d’un.
Corinne : « On a fait une descente de folie sur le flanc d’une montagne ; 100 mètres d’une descente à pic sur des pierres et du sable. Un peu risqué, mais cela nous a encore permis de grappiller quelques mètres par rapport aux autres. »
Puis elle rajoute : « Une navigation très difficile cette année, heureusement Valérie assure un max, elle y met tout son cœur, une gazelle en or ! Notre communication fonctionne parfaitement, même sans intercom. ».

Les derniers tracés que nous avons pu voir en ligne ont démontré la qualité de navigation et de pilotage de nos Gazelles. Il nous faudra cependant attendre demain dans la matinée pour en connaître le résultat et surtout savoir si la distance avec les équipages 27 et 20 qui les précèdent, a pu se réduire.

Décidément, la patience doit vraiment être la première qualité d’un(e) fan.

Etape 1 : froid, vent et cailloux

Un début difficile mais prometteur

Après une nuit agitée à cause du vent et un réveil matinal plutôt frisquet, nos Gazelles sont parties vaillantes pour une première étape qui devait n’être qu’une entrée en matière.

Parcours E1

Mais le tracé dessiné par les organisateurs cachait quelques pièges. Il n’était pas évident de repérer les 6 balises disséminées sur les 105 km du parcours, souvent masquées par des reliefs élevés. Il a fallu tout le talent de Valérie, la navigatrice, pour pointer un cap quasi rectiligne à travers ces monts pierreux.

Pas mal de difficultés aussi pour la pilote, qui a dû slalomer entre les cailloux, la garde au sol du RZR n’autorisant pas un passage aussi aisé que les quads. Puis, quand il n’y avait plus de cailloux, ce sont les herbes à chameau qui sont venues perturber la trajectoire. Corinne n’a pu éviter le tanquage sur l’une d’entre elles, plus grosse que les autres. Il leur a fallu sortir la pelle et les plaques pour se tirer de cette délicate posture.

TrajectoireMais la petite déception de la journée, est survenue à l’approche du CP5. Une inversion de lecture de la règle sur la carte, a fait prendre le mauvais cap. Croyant suivre le cap 357, Valérie s’est orientée vers le 3. Erreur heureusement vite rectifiée, mais qui coûtera forcément quelques pénalités.

Un léger regret donc pour Valérie et Corinne puisque l’équipage 20 (Giraldo / Keramidas) n’a fait que 110 mètres de moins qu’elles. Mais au premier jour du rallye, rien n’est joué. Déjà hier lors du prologue, le Team21 était arrivé deuxième, 20 mètres seulement derrière le 27 (Kraft / Baudoin).

La lutte s’annonce donc extrêmement serrée pour la suite.

Quant au moral de notre équipage, il est excellent : « On est à fond pour demain, concentration à 200% ! »

Ah, au fait, la tente de Valérie, perdue hier, a bien été retrouvée par un autre équipage, elle n’a donc pas eu à dormir dehors. :)

Team21

Prologue

Un simple échauffement

Le prologue marque traditionnellement la première étape du Rallye Aïcha des Gazelles.

Cette 26ème édition ne déroge évidemment pas à la règle, et c’est à 14h00 que se sont élancées les 324 Gazelles participantes.

Excepté pour la catégorie « Expertes » des 4×4, ce prologue n’a pas d’incidence sur le résultat final. Il s’agit d’une mise en jambes qui permet aux Gazelles de faire les derniers réglages entre pilote et navigatrice, et pour les novices de se confronter à la réalité du terrain.

Prologue

L’épreuve d’aujourd’hui consistait à parcourir 45 km en boucle, pour pointer 4 balises réparties sur le parcours. Corinne et Valérie ont rempli leur mission sans problème, les 4 CP validés, seulement 840 mètres de trop par rapport au tracé idéal ! On ne pouvait douter des compétences de Valérie dans ce domaine.
Une arrivée au bivouac dans les premières, ce qui leur permet de profiter de la soirée et de se reposer en prévision de la première étape de demain avec un lever à 4h !

Polaris RZR 1000 XP

Côté véhicule, Corinne avait déjà pu tester l’année passée un RZR 900 qui représentait déjà une évolution importante par rapport au modèle précédent, cette fois-ci la version 1000 XP que Polaris lui a confiée est véritablement de très haut niveau.

Comme Corinne le dit elle-même « Le 1000 est d’un confort extraordinaire, on ne sent ni les trous ni les bosses, on a l’impression de rouler dans un pullman. »

Pourvu qu’elle ne s’endorme pas au volant…

….

.

Il faut déplorer néanmoins un incident de parcours pour notre équipage. L’une des tentes (celle Valérie) qui était accrochée au RZR, s’est détachée durant le trajet sans que nos Gazelles s’en aperçoivent. On espère simplement que celle-ci a pu être retrouvée par un autre équipage suivant la même piste ; sans quoi Valérie va devoir dormir à la belle étoile.

Une première journée presque de routine, mais dès demain, on ne rigole plus !!!

Partiront, partiront pas ?

Hello les partenaires et les supporters !

 

Quelques news de nos aventurières :

 

ErrachidiaDimanche 20 mars, tout devait se passer sans encombre pour l’envol du Team21 vers le Maroc.
Lever tranquille, pas de stress, l’avion n’était qu’à 15h30.
Oui, mais c’était sans compter sur la pratique d’un sport national bien connu : la grève !
Celle des contrôleurs aériens qui a eu pour conséquence d’annuler le vol vers Casablanca que devaient prendre nos deux Gazelles. L’ennui, c’était le seul vol qui leur permettait d’attraper la correspondance pour Errachidia !

En soirée, la situation s’est enfin débloquée et elles ont pu partir pour le Maroc, mais rien n’indiquait que l’avion pour Errachidia les attendrait, d’autant plus qu’il fallait récupérer le bagage en soute de Valérie…
A 2 minutes près, elles purent quand même attraper la valise et sauter dans l’avion qui a bien voulu les attendre sur le tarmac de l’aéroport de Casa. Il était près de 5 heures du matin heure de Paris quand elles purent enfin se glisser sous les draps.

Lundi 21 mars, journée plus sereine. Deux heures de route vers Erfoud où avait lieu la séance de vérification pour les équipages quad et étrangers qui n’avaient pu se rendre à Nice.
Une séance sans anicroche malgré un fort vent de sable. Valérie, Corinne et le RZR Polaris ont été déclarés aptes au service.

Vérifications

Mardi sera une ultime journée de repos, avant de rejoindre mercredi le premier bivouac et le départ du prologue, tour de chauffe sans enjeu, avant le lâcher de Gazelles de jeudi.

J’espère que vous aussi les fans, vous êtes prêts à prendre le départ de ce 26ème rallye en compagnie de nos Gazelles !

Vidéo de lancement de la 26ème édition du Rallye Aïcha des Gazelles

http://www.dailymotion.com/video/x3p18xi

Comment nous suivre pendant le rallye ?

1.Rendez-vous sur le site www.rallyeaichadesgazelles.com
2.cliquez sur le lien « suivre les Gazelles en temps réel »
3.sélectionnez l’équipage  21 PERON/ DOT
(recherchez le 21 sur les parcours  A B C D E)
Pour nous écrire :

Cliquez sur le lien « écrire aux Gazelles »

A la télé 19 mars au 3 avril sur

•Du lundi au vendredi vers 20h45
•Le samedi vers 18h40

Sur notre page Facebook : valerieetcorinneaurallyedesgazelles2016

Notre bolide est prêt à partir …

 POLARIS RZR XP 1000

IMG_6654

IMG_6653

IMG_6665

IMG_6655

IMG_6660

Envoyez-nous vos plus beaux messages sur le bivouac !

Chaque année pendant le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, amis, familles et sponsors nous écrivent sur le site internet de l’événement.

Ces milliers de mots d’encouragements et de soutien parviennent en plein désert au bureau de poste nomade du bivouac et sont triés et délivrés par les équipes de Laposte.net

L’aventure que nous allons vivre sur le terrain est une source d’inspiration puissante pour celles et ceux qui vous suivent à distance : certains mots sont plus forts, plus touchants, et deviennent des témoignages d’amitiés et d’amour chargés d’émotions.

Cette année, Maïenga et La Poste.net ont décidé de récompenser le témoignage le plus beau et le plus émouvant de cette 26ème édition.

Du prologue au départ de la 5ème étape mardi 29 mars, chaque gazelle aura ainsi la possibilité de remettre au bureau de poste nomade sur le bivouac le témoignage qui lui semble le plus fort.

Un jury sélectionnera le plus beau courrier qui sera lu et récompensé lors de la remise des prix à Essaouira.

Pour nous écrire c’est par ici : http://www.rallyeaichadesgazelles.com/fr/liste-des-equipages  (équipage 21)

 

Cette année plus que jamais, écrivez-nous et encouragez nous !

messages

J-16 avant le départ du rallye Aïcha des gazelles 26ème edition

Un village éphémère au milieu du désert

Retrouver la chaleur au bivouac, c’est un peu comme rentrer chez soi après une dure journée. Véritable village itinérant au beau milieu du désert, le bivouac s’étale sur 180 000 m2, nécessite une vingtaine de camions6h de montage par une centaine d’ouvriers.
On y trouve… tout, ou presque ! Un « quartier résidentiel » pour installer sa tente, des douches, des toilettes, un « bureau de poste nomade » où chaque gazelle reçoit ses courriers, une véritable tour de contrôle avec un PC Courseun atelier mécanique pour réparer son 4×4, une station-service pour faire le plein, une tente « restaurant » ouverte 24h sur 24 qui peut servir jusqu’à 900 repas.
Au menu, d’ailleurs : des spécialités marocaines bien sûr, comme des msemens agrémentés de confitures Aïcha au petit-déjeuner ou des tagines délicatement mijotés. L’eau en bouteille est fournie par les Eaux d’Oulmès.  Les Celliers de Meknès et le champagne Tsarine nous accompagnent pour célébrer les Gazelles.

Le bivouac est éphémère et ne laisse aucune trace de son passage : depuis sa création, le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, premier événement automobile au monde certifié ISO 14001 : 2004 s’inscrit dans une démarche respectueuse de l’environnement et des pays traversés. Sur le bivouac, une équipe de 10 personnes est dédiée au tri, à la gestion et au recyclage des déchets. Les bouteilles d’eau, par exemple, sont récupérées et sont ensuite valorisées comme matériaux via la construction de maison dans le cadre d’un projet de l’association Cœur de Gazelles.
Enfin, même implanté au beau milieu du désert marocain, le bivouac est connecté en permanence : chaque jour, la production vidéoles photographes et les journalistes envoient leurs contenus aux chaînes télés et aux médias du monde entier via des liaisons satellites.
bivouac

interview du team 21 (par Kyhol)

12345...18

CLUB VOLKSWAGANG |
Mes miniatures a moi (2) |
JSP ID FIXE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Garage CITROEN à Méricourt ...
| L'expertise Automobile...
| Voiture de luxe: prestige, ...