Archive | Portraits Flux RSS de cette section

Interview de l’équipage 21

Corinne et Emmanuelle ont été interviewées juste avant le départ par l’organisation du rallye. Voici la vidéo tournée à cette occasion par Emmanuel Prost :

Polaris France est fier de ses Gazelles !

POLARIS FRANCE se félicite des excellents résultats des équipages 21 et 22 lors du Rallye Aïcha des Gazelles.

A découvrir sur :

Polaris France

Les gazelles à bon port

Essaouira, ultime étape

PlageL’arrivée des Gazelles sur la plage d’Essaouira est toujours un moment d’intense émotion. C’est pour elles un aboutissement, une conclusion heureuse quel que soit le résultat, un instant de partage avec tous ceux qui les ont encouragées depuis le début de l’aventure.
Il faut l’avoir vécu pour comprendre que l’on ne vit pas souvent ces instants-là !

Nous y étions et nous ne nous sommes pas privés d’en profiter un maximum. Pour ceux qui comme moi, ont pu découvrir la convivialité de ce coin du Maroc, sa beauté, sa luminosité – coups de soleil en prime -, c’est un souvenir très particulier qui restera gravé dans nos mémoires.
Quel bonheur aussi d’être entouré de tous ces fans, dont peu se connaissaient avant de faire le voyage, et qui ont su offrir ce qu’il y avait de meilleur en eux-mêmes.

Fans 1                   Fans 2

VictoireCorinne et Lucie nous ont donné beaucoup, et je sais que tous vous leur avez aussi apporté un immense soutien. Ce soir, elles vous en remercient.

 

Savoir qu’en plus c’est un podium, une troisième place qu’elles nous offraient, nous a comblés !

.

.

Le défilé des Gazelles sur la plage a été une grande fête, sonore, colorée, enjouée. La catégorie des quads a clos la parade et lorsque le RZR du Team 21 est enfin apparu, les fans – certainement l’une des plus grosses équipes de supporters – ont laissé exploser leur joie. C’est simple, on n’entendait plus qu’eux. Dire que l’on s’est fait remarquer est peu dire.

Arrivée                   Supporters

Fans 1                   Fans 2

Puis ce fut la fête, matin, midi et soir. Superbes riads, hôtesses charmantes et accueillantes – à recommander absolument -. Couscous, tajines et autres spécialités ont rempli d’aise et le ventre de cette bande de joyeux drilles. Le thé à la menthe coulait à flot ! Quel enivrement !

Soirée                   Couscous

Thé                   Restaurant

Essaouira, c’était la cerise sur le gâteau. Pas seulement pour nos deux Gazelles, mais aussi pour vous tous qui avez suivi et soutenu Lucie et Corinne depuis le début.
A Essaouira, il y avait beaucoup de soleil, dans le ciel bien sûr, mais surtout dans nos cœurs.

Coucher de soleil                   La mer

Merci Corinne, merci Lucie, merci à tous de nous avoir fait vivre tout cela !!!
Et peut-être à l’année prochaine… (?)

Retour

- L’équipage 21

On en parle… encore !

Nouvel article sur Corinne et Lucie dans le Républicain de l’Essonne.

A la veille du départ, les Gazelles de Vigneux-sur-Seine sont de nouveau à l’honneur dans la presse locale. Avec leur véhicule aux couleurs de leurs sponsors – dont l’un d’entre eux, Floriant Poirier, était présent - et leur tenue Polaris, elles ont posé avec plaisir, malgré la température, devant l’objectif du photographe.

 

Le Républicain

Le parrain qui venait du froid

Rendez-vous était donné samedi matin chez Corinne, pour un départ à 8h45. Le Team 21 au complet – les deux Gazelles et le Gazou – prenait la route vers Nancy pour rencontrer Willy notre parrain.

autorouteAprès un petit café, bien nécessaire pour affronter les 800 Kms (A/R) qui nous attendaient dans la journée, c’est confortablement installés dans la 807 que nous avons décollé vers 9h15. Les deux Gazelles à l’avant (ça papote, ça papote…) et le Gazou en observateur à l’arrière.
Rien de particulier sur la route, sinon un bouchon de 23 Kms aux abords de Reims (c’est le célèbre bouchon de Champagne), que nous avons su éviter à temps grâce au talent de navigatrice de … Waze, super application mobile installée sur le smartphone du Gazou. Partant de Paris, nous avions laissé le soleil (pour une fois). Sur le chemin, c’est la grisaille que nous trouvions, et les champs couverts de neige.

Willy & le Team 21Willy nous attendait place Stanislas, superbe (la place, mais Willy aussi !). Il n’a eu aucun mal à trouver nos deux Gazelles tout de Polaris vêtues. Autant dire qu’on n’est pas passé inaperçus. Surtout avec un photographe !
Pardonnez Lucie si elle a l’air un peu crispée, mais elle n’était pas très réchauffée. Il faut dire qu’une Gazelle est plus à son aise dans un climat désertique que dans la fraîcheur nancéenne.

Arrivée   Place Stanislas

Le parrain qui venait du froid dans Portraits 1040537     1040538 dans Portraits

Froid !      Stanislas

Willy nous a ensuite emmené déjeuner dans une brasserie sur la place, où Corinne n’a pu résister à la célèbre flammekueche. Ça, ça va faire du poids supplémentaire dans le RZR !

Le déjeuner

Bloc-notes en main, Lucie et Corinne ont assailli de questions Willy sur son expérience du RZR. Ce dernier s’est prêté avec beaucoup de plaisir au jeu, et a prodigué moultes conseils aux Gazelles.

La brasserie     La brasserie

Il nous a aussi raconté son aventure du Dakar et fait partager son amour de la course automobile. Il faut dire que Willy enchaîne tout au long de l’année, rallyes routiers, rallyes raids et courses de moto. Entre deux épreuves, il tient sa concession Mitsubishi et Porsche à Vandoeuvre. Autant dire qu’il ne s’ennuie pas.

Nous sommes ensuite partis découvrir son garage, véritable trésor pour un amateur de voitures. Willy et son père, pilote lui aussi, s’occupent de préparer d’anciennes Porsche pour quelques passionnés qui ne connaissent pas la crise.

Porsche de compétition     porsche2

Corinne et Lucie ont pu ainsi découvrir et s’installer dans la Mitsubishi rallye de Willy, avec laquelle il court et a remporté la plupart de ses victoires.

Willy's rally car

Notre parrain a ensuite signé le livre d’or des Gazelles. Impressionné par la qualité de celui-ci, il a regretté ne jamais avoir eu le temps de rassembler ainsi toutes les photos et coupures de presse nombreuses qui ont illustrées sa carrière. Vous noterez la cuvée spéciale « Lucie & Corinne » trônant à côté de son dernier trophée du Dakar 2013 !

Le livre d'or     Livre d'or

17h00 ! L’horloge tourne rapidement et nous avons encore presque 400 Kms devant nous. Le temps de faire une dernière photo souvenir du Team 21. Le Gazou ayant revêtu le blouson Polaris de Willy ;-) . Pendant que l’on remballe, Lucie range la voiture du champion avec ses petits bras musclés… Y encore du boulot !

Team 21     Allez ! Pousse Lucie !

A très bientôt Willy. On t’attend avec impatience le 16 mars sur la place du Trocadéro.
Merci à toi pour cette super journée.

Le Journal du Quad

Le forum du Journal du Quad a récemment fait paraître un article sur les deux équipages qui représenteront Polaris France au Rallye Aïcha des Gazelles.

L’équipage 21 de Corinne Péron et Lucie Bongard qui courront sur un RZR 800S parrainées par William « Willy » Alcaraz pilote de rallye routier et raid, qui rentre tout juste du Dakar 2013 avec une double victoire en solo et en catégorie T3 sur son RZR 900.
Et l’équipage 22 de Betty Kraft et Isabelle Charles engagées avec le tout nouveau quad Scrambler 850 et parrainées par David Douillet qu’on ne présente plus.
Autant dire que l’équipe Polaris France 2013 affiche de fortes ambitions cette année, en visant rien de moins que le podium.

Team Polaris France 2013

A la une !

Ca y est, c’est O F F I C I E L !

Corinne et Lucie du Team 21 seront bien au départ du Rallye 2013 (si encore certains en doutaient… Lol)
Elles sont à la une du site Maïenga Rallye Aïcha des Gazelles. Toutes belles avec leur t-shirt Polaris devant un RZR. ;-)

Alleeeez les fiiiiiilllles !!!

A la une

Les aventures de Willy au Paris-Dakar 2013

Les aventures de Willy au Paris-Dakar 2013 dans Portraits parcours-286x300Willy Alcaraz notre parrain, a pris le départ de la 35ème édition du Paris-Dakar. Cette célèbre course qui se déroule désormais en Amérique du sud – Pérou, Argentine, Chili – attire toujours autant de passionnés, que ce soit côté concurrents ou spectateurs.

De retour du Dakar, Willy Alcaraz a atterri mardi soir à l’aéroport de Strasbourg en provenance de Santiago du Chili. Au volant de son RZR Polaris du team Xtreme Plus, légèrement modifié par rapport à l’an passé, le Nancéien a fait encore mieux qu’en 2012 où il avait remporté la catégorie T3 Light, celle des pilotes « solo » et terminé 42e du classement général. Cette année, il a gagné deux places, réduit l’écart sur le vainqueur Stéphane Peterhansel, gagné la catégorie « solo », mais aussi la catégorie T3, toutes cylindrées confondues. Cerise sur le gâteau, il s’est fait plaisir sur un tracé technique propice au pilotage.

Ce Dakar 2013, c’est celui de 2012 en mieux ?

C’était différent de l’an passé. D’abord parce qu’avec mes performances de 2012, j’étais un peu attendu. D’autre part, l’équipe Xtreme Plus avait trois RZR au départ, même si j’étais le seul à rouler en solitaire, les deux autres Polaris étant confiés à des équipages.

Le parcours aussi était différent ?

Complètement puisque nous partions de Lima, où nous étions arrivés l’année dernière, pour rejoindre Santiago du Chili en passant par l’Argentine. Les étapes aussi étaient très différentes. Chaque jour je découvrais des paysages nouveaux plus enchanteurs les uns que les autres. Incontestablement, c’est mon plus beau Dakar en Amérique du Sud. Si l’on ajoute que les spéciales étaient plus techniques que d’habitude et qu’elles favorisaient le pilotage, j’avais tout pour me faire plaisir.

Willy Alcaraz

Un rêve de Gazelle

Beaucoup de femmes rêvent de faire le rallye des Gazelles. Beaucoup moins y parviennent. Et encore moins tentent une deuxième fois l’aventure. Voici peut-être pourquoi :

C’est une longue succession de défis ! Pendant 8 jours, les épreuves s’enchaînent et la fatigue s’accumule.

Chaque jour, les Gazelles doivent rallier 7 balises dispersées dans le désert sur 5 parcours différents. Une méthode efficace pour éviter des embouteillages : les départs sont échelonnés toutes les deux minutes. Il est bien sûr interdit de se suivre. Le « PC course » vérifie en temps réel notre trajet, en suivant nos déplacements grâce au système Iritrack dont sont équipées nos voitures.

La journée commence tôt, très tôt, vers 4h00 du matin. Autant dire que si vous aimez vous prélasser au lit, ce n’est pas pour vous. Dès notre réveil, il nous faut préparer la voiture, récupérer notre road book et tracer sur la carte notre 1er CP (la fameuse balise), prendre un solide petit-déjeuner et se diriger dans le froid matinal (si si, dans le désert la nuit, ça caille !) vers la ligne de départ. Celui-ci a lieu vers 5h30 et dure jusqu’à 6h pour que les Gazelles ne se retrouvent pas côte-à-côte dans le désert.

Un rêve de Gazelle dans Portraits bivouac_desert-300x224Et c’est parti pour un périple de 10 à 14 heures de course, au bas mot, pour rallier les 7 ou 8 balises de la journée.
Un petit exemple du road book :
Bivouac :
Latitude 30 58,95013′ ; Longitude -03 57,32497′
Balise 1 :
Latitude 31 13, 93488′ ; Longitude – 04 06,27507′

Eh non, ce ne sont pas les numéros du Loto mais les coordonnées que la navigatrice  doit retrouver sur la carte. Qui a dit que les femmes ne savaient se diriger en voiture… ?

La distance à vol d’oiseau entre les deux points est de 20 km et c’est donc la plus petite distance qu’un équipage pourrait parcourir. Évidemment oueds, collines rocailleuses, désert de cailloux et dunes se trouvent sur le chemin, empêchant un parcours simple. Et pas question de faire du shopping en route, les magasins sont rares.

ensable-300x224 dans PortraitsLe but, c’est donc d’éviter les obstacles en s’écartant le moins possible du parcours idéal, le vol d’oiseau. Un vrai choix stratégique qui peut se payer par des heures à patiner dans la boue, à désensabler le 4×4, à chercher une balise perdue à un endroit improbable. Sans oublier les copines ensablées ou en panne que l’on rencontre en chemin et à qui l’on porte assistance. Eh oui, c’est ça aussi l’esprit « Gazelle ».

Chaque jour, les équipages réalisent un parcours de 180 km à 280 km mais il faut compter au minimum une dizaine d’heures pour boucler la boucle. Nombreux sont les équipages qui, partis à 6h, ne retrouvent le bivouac qu’au milieu de la nuit. Certaines ne parviennent même à le rallier que le lendemain matin et là, le challenge est double : revenir au bivouac et repartir aussitôt pour la nouvelle épreuve de la journée ou aller se coucher ! Il paraîtrait même que certaines y sont encore…

scorpion-239x300Deux étapes marathon sont également prévues pendant lesquelles les Gazelles passent 48h, isolées du bivouac avec un vrai défi à la clé : dormir seules (enfin presque, il y a quand même quelques lézards, scorpions et autres sympathiques bestioles) au milieu du désert avec le sentiment tenace d’être abandonnées de tous. Mais cette épreuve peut aussi être l’occasion de se donner rendez-vous à une balise, avec d’autres équipages et de passer une soirée joyeuse autour d’un feu de camp (sans les brochettes à la guimauve et « Jeux Interdits » à la guitare). Ça c’est dans le meilleur des cas car en général on est tellement crevées que nous partons nous coucher sans manger !

Une fois le parcours quotidien bouclé et le bivouac retrouvé, la journée n’est pas encore finie. Il faut faire le plein pour le lendemain avec 150 autres équipages (pire qu’un jour de grève des transporteurs routier), effectuer un bilan mécanique avec l’équipe des mécaniciens, faire valider nos balises au PC course et calculer le nombre de kilomètres parcourus en plus, par rapport au tracé à vol d’oiseau et par conséquent calculer les pénalités. C’est aussi le moment de prendre connaissance de son classement, tenu au quotidien, et de le faire connaître aux sponsors et aux proches.

Vient ensuite le passage tant attendu au bureau de poste, un service mis en place par La Poste pour fournir aux Gazelles, privées de mobile et d’accès à leurs mails personnels, les dernières nouvelles de la famille, des amis et des proches. C’est aussi l’occasion de recevoir les encouragements de nos sponsors.

Une fois toutes ces tâches remplies, il ne reste « plus qu’à » monter la tente (merci Monsieur Decathlon pour votre tente 2 secondes :-) ), se doucher, aller se nourrir et se glisser dans le sac de couchage pour environ 4 heures de sommeil avant de tout recommencer le lendemain.

Bref, la routine quoi !

CLUB VOLKSWAGANG |
Mes miniatures a moi (2) |
JSP ID FIXE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Garage CITROEN à Méricourt ...
| L'expertise Automobile...
| Voiture de luxe: prestige, ...