Dernières nouvelles

Une minute pour le dire

Soirée d’enfer

Belles retrouvailles des Gazelles et de leurs fans

Ce vendredi 13 mai 2016, Corinne et Valérie retrouvaient pour leur soirée de clôture du rallye, tous leurs fans et partenaires qui les avaient tant soutenus au cours de cette dernière édition. Presque tous avaient répondu à l’appel des deux Gazelles, venus encore une fois les féliciter et les remercier de les avoir fait vibrer durant leur course à travers les sables du désert.

Les fans

L’occasion de retrouver amis et connaissances, et de se régaler du film résumé de la course monté et préparé par Emmanuel Prost, ainsi que du superbe buffet offert par le traiteur Valdoly Viandes.

Présentation       Sponsors

Beaucoup de partenaires avaient aussi tenus à être présents, et Philippe de Quad Attitude n’a pas hésité à transporter le RZR sur les lieux, afin que tous puissent voir la « bête » de près. Nombreux sont ceux qui ont été impressionnés !

RZR

Une soirée exceptionnelle, emprunte cependant d’un peu de mélancolie lorsque Corinne nous a annoncé qu’elle ne repartirait pas en 2017 sur le rallye, au grand dam de Valérie. Mais de nouveaux projets sont dans les cartons et soyez sûrs partenaires et fans que 2017 ne sera pas une année blanche et que vous serez de nouveau sollicités pour apporter votre soutien si généreux.
Promesse également a été faite de retrouver en 2018, la paire Valérie / Corinne qui a si bien fonctionné, pour de nouvelles aventures…

Fans du Team21, restez à l’écoute !!!

Le rallye du team 21 en image … Une sacrée aventure !

Un grand merci

Un beau podium

C’est fait, le Team21 est arrivé 2ème au classement général de sa catégorie et de l’ensemble des concurrentes du rallye !

Podium

Un résultat exceptionnel qui couronne cette belle aventure de Corinne et Valérie à travers les océans de dunes du Maroc.

Elles nous ont fait vibrer à chaque seconde et nous ne pouvons qu’admirer le courage et la détermination dont elles ont fait preuve tout au long de ce périple.

Mais sans vous les fans, sans les supporters qui sont partis les rejoindre sur la plage d’Essaouira, et surtout sans vous les sponsors qui avez cru en elles dès le départ, le Team21 n’aurait jamais existé, et nous n’aurions pas pu vivre TOUS ENSEMBLE ces merveilleux moments de partage avec nos Gazelles.

Alors ce soir, elles vous disent MERCI à tous ! Un immense merci pour les avoir soutenues tout ce temps, car oui, sans vous cette belle aventure n’aurait jamais été possible.

Gazelles

Vos Gazelles
Corinne Péron & Valérie Dot

 

Marathon ultime

Jusqu’au bout !

IMG-20160322-WA0048Malgré une petite frayeur, ce 26ème rallye des Gazelles s’est très bien terminé pour le Team21.

Corinne et Valérie ont su gérer de main de maître toutes les difficultés rencontrées au cours de ces huit jours de course. Pourtant elles eurent parfois bien des raisons d’être inquiètes et, la fatigue augmentant, de baisser les bras.
Mais ça, ce serait mal connaître nos Gazelles. Jusqu’au bout, elles y ont cru, n’ayant qu’un seul et unique objectif, s’accrocher avec force aux roues de l’équipage qui les précédaient au classement général.

Bien sûr, elles auraient préféré – et nous aussi – les dépasser, mais l’adversaire a su défendre sa place chèrement.

Sans avoir le résultat officiel, il est toujours difficile de s’avancer en affirmant que nos Gazelles sont bien arrivées sur la deuxième marche du podium, mais nous y croyons tous fermement. Nous en aurons la confirmation demain dans la journée.

RZRElles ont su ménager leur monture durant ces deux derniers jours, ne dépassant pas les 30 – 40 km/h, sans chercher à suivre le cap avec rigueur, mais solide comme un roc, le RZR a tenu, même si lui aussi est arrivée quelque peu fatigué au terme de ce rallye.

Merci à vous les filles de nous avoir fait rêver tout au long de ces jours.

Quelle belle récompense !

Un second marathon à haut risque

4×4 ou 2×4 ?

Alors que le Team21 s’affichait une fois encore en haut du classement grâce à une cinquième étape parfaitement maîtrisée, et une deuxième place solidement ancrée au classement général, le réveil du matin réservait une bien mauvaise surprise à Corinne et Valérie.

Classement général

Comme vous l’aviez déjà sans doute lu dans le précédent article, Corinne avait laissé le RZR aux mécaniciens du rallye afin qu’ils puissent lui faire une révision complète avant la dernière et ultime étape de ce rallye.
Mais le diagnostic n’a pas été très bon. Les roulements du pont arrière présentaient des signes de fatigue inquiétants. A tout moment notre équipage pouvait se retrouver avec la perte des 4 roues motrices, et ce alors qu’elles devaient encore affronter les hautes dunes de Chegaga.

Roulement1

Roulement2

Un dur coup au moral pour nos deux Gazelles qui se sont un moment posées la question de repartir ou pas : « Nous avons pris tellement de risques, nous nous sommes tellement battues pour nous rapprocher de Betty. Avec la fatigue c’est dur à encaisser, je suis un peu abattue… »

Un doute bien vite balayé, puisque le 21 était bien présent sur la ligne de départ de ce deuxième marathon : « …nous avons décidé de prendre quand même le départ en roulant molo. ».
Bien entendu, il allait falloir ménager la monture, plus encore qu’à l’accoutumée.

Ce marathon, parlons-en :
Un minimum de 235 km dans sa configuration idéale, avec un total de 11 balises à valider. Un tracé qui doit mener les équipages encore en course jusqu’à Foum-Zguid.
Une première journée où il faudra tout d’abord traverser de grands espaces de dunettes, interdisant tout maintien de cap sur la durée. La navigatrice devra sans cesse corriger la dérive engendrée par ce type de terrain.

Une fois sorties de ce piège, les Gazelles devront préalablement rejoindre le fameux parcours « X », celui des expertes, puis franchir l’erg et ses grandes dunes. Sans doute s’y arrêteront-elles pour y passer la nuit. Une dernière nuit dans le désert où chacune pourra raconter les péripéties de la journée, relâchant ainsi la pression accumulée depuis le départ.
Rires et bonne humeur sont au menu ce soir dans le désert !

soir

Etape 5 : chaque grain de sable compte

A long run

La journée a été longue, très longue pour les Gazelles. La fatigue accumulée commence à se faire sentir parmi les équipages et Corinne et Valérie, bien qu’entraînées et expérimentées, doivent puiser dans leurs réserves.

Classement généralLa bataille avec l’équipage 27 est sans concession. Betty Kraft le dit elle-même : « … l’année dernière j’avais sorti la grosse attaque, et cette année il faut que je sorte la TRÈS grosse attaque… »

Le résultat de l’étape précédente le prouve, puisque sur un trajet de 160 km, le Team21 n’a concédé QUE 230 m de retard !!!

A l’avant-poste, les positions restent donc inchangées et nos Gazelles renforcent leur deuxième place.

RZRL’étape du jour d’une distance de 170 km devait les emmener d’Izougguerhn à Mhamid à travers de grandes étendues planes, barrées par endroit de canyons infranchissables. Les contournements imposés par ces reliefs ont obligé la navigatrice à calculer un cap au plus près afin de réduire au minimum le kilométrage parcouru.

Corinne : « Nous sommes passées par le cirque comme l’autre fois avec les quads, sauf que nous avons coupé pour gagner des kilomètres. Un tracé très long et très éprouvant car jalonné d’énormément de pierres. »

Satisfaction pour notre duo de charme et de choc :
« Je pense que nous avons fait une belle étape. Je ne connais pas encore les pénalités des concurrentes mais nous avons environ 11 km de plus. » indique Valérie plutôt rassurée.
Puis elle rajoute : « Ce matin le CP1 n’était pas du tout où nous le cherchions, on a rien compris il était à 800 m à droite alors qu’on a roulé au cap ! »

Pour Corinne, la fin du rallye s’annonce très dure : « On commence à accuser le coup mais il reste la dernière grande étape, le second marathon. C’est là qu’il ne faut rien lâcher, tout se joue à la fin. »

Tous les détails comptent désormais et la préparation pour ce dernier round s’avère cruciale. Corinne, en fin stratège ne laisse rien au hasard. Elle sait que leur monture est un troisième partenaire qu’il faut ménager et soigner avec les plus grands égards : « Ce soir j’ai passé 45 minutes à la méca pour faire le tour du RZR et voir tous les petits bruits bizarres qui m’inquiétaient. Les mécaniciens vont tout resserrer, vérifier et l’essayer après. »

Chaque année Corinne se félicite d’avoir entre les mains un si bon engin. Aucune faille, aucun incident majeur, contrairement à certaines concurrentes sur d’autres machines, une véritable horlogerie suisse. Le véhicule de Polaris passe partout tant qu’il y a suffisamment de place pour lui. Mais attention, cette petite bête est un vrai monstre que seule une pilote expérimentée est capable de dompter.
On ne peut que remercier Polaris France et Philippe de Quad Attitude, de fournir un si bel outil à nos Gazelles !

Polaris

Ce matin lors de la publication du classement général, seulement 5,94 km séparaient le n° 21 du n° 27. Nous verrons demain ce que l’étape d’aujourd’hui nous a réservé. Mais une chose est sûre, la compétition n’a jamais été aussi serrée et le suspense est à son comble. Car si les quadeuses du 27 ont un avantage certain et que les statistiques parlent pour elles, l’expérience montre que sur ce rallye, rien n’est jamais joué d’avance tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie !

Etape 4 : le must !

Une étape au cordeau

L’aube sur le désert. Le halo solaire inonde de ses premières lueurs le bivouac qui s’éveille tout doucement. Pour certaines Gazelles, la nuit fut courte. Les paupières encore lourdes, saisies par la froideur glaciale de la nuit finissante, il faut être bien motivé pour s’extraire de son duvet tout chaud.
Fort heureusement, la journée fut belle et chaude, de quoi réconforter les plus fébriles.

ClassementLa première épreuve marathon a été un juge de paix pour beaucoup. Mais pour nos Gazelles, ce fut plutôt une belle réussite. Réussite couronnée par une deuxième place, et surtout par une remontée au classement général, puisqu’elles talonnent désormais les premières, Betty Kraft et Sonia Baudoin.

6 kilomètres seulement les séparent de cet équipage 27, c’est à la fois peu et beaucoup quand on sait que Betty Kraft n’a jamais été battue ! A contrario, une marge plus confortable s’est établie avec les troisièmes.

Pour le Team21 l’étape 4 démarrait bien, mais… « On a eu une grosse galère ce matin : le compresseur nous a lâchées et on a déchiré un pneu sur 4 cm. Pour gagner du temps on a réussi à mettre six mèches dans le trou et notre bonne étoile nous a envoyé Natalia qui avait deux compresseurs, elle nous en a prêté un. On a regonflé et le pneu a tenu toute la journée. »

RZRTrois crevaisons depuis le début du rallye ; pourquoi, vous demandez-vous, ne remplacent-elles pas le pneu à chaque fois, tout simplement ? La réponse est simple : le RZR, s’il offre l’avantage de la légèreté, ne permet pas d’emporter plus d’une roue de secours pour tout le rallye. On comprend donc qu’il faut tout faire pour réparer lorsque cela est possible.

« Ce soir la méca va nous mettre le pneu neuf que nous avons emporté. », précise Corinne.
A partir de maintenant, c’est sans fil !

Si notre équipage rencontre quelques soucis mécaniques sans gravité, le binôme, lui, fonctionne à la perfection.
« On s’entend très bien avec Val. On essaie de faire du cap au maximum, alors on traverse et on rase des grandes montagnes couvertes d’énormes pierres coupantes comme des rasoirs. Pour moi c’est hyper stressant. »

Mais parfois, il n’y a pas d’autres solutions pour nos Gazelles que de se transformer en ″Incroyable Hulk″ : « Valérie descend souvent pour déplacer les plus grosses et parfois on est obligé de le faire à deux tellement c’est lourd. Tout ça pour gagner quelques mètres, faut vraiment être folles ! »

TracéLa stratégie est payante, il n’y qu’à observer le tracé du Team21 durant l’E4, un modèle du genre. Et si vous trouvez que celui-ci fait parfois quelques détours au regard de la ligne idéale, dites-vous qu’il s’agissait de reliefs infranchissables et qu’un contournement était l’unique solution.
Difficile cependant de rivaliser avec les quads sur ces terrains très accidentés, en effet leur plus faible empattement leur autorise des trajectoires inaccessibles aux autres véhicules. Des centaines de mètres gagnés qui font la différence.

On ne peut donc qu’admirer le talent de Corinne et Valérie qui parviennent à rester au contact de l’équipage 27, actuellement premier au classement. Mais Corinne l’avoue elle-même : « Ça va être très difficile de rattraper les quelques kilomètres qui nous séparent de Betty… ».

La moindre erreur de navigation n’est pas permise et Valérie s’y emploie avec brio. Et pourtant, les Gazelles ont remarqué un défaut sur leur compas :
« …c’est vraiment bizarre, depuis le début on arrive presque toujours à gauche de la balise. Je crois que c’est la déclinaison magnétique qui n’est pas vraiment juste sur le compas. Il y a 2 ans elle était de 2° et maintenant de 1°… »

Belles Gazelles

Au final, cette quatrième étape a été accomplie brillamment et laisse augurer une âpre bataille pour la plus haute marche.

Enfin, Valérie et Corinne tiennent à remercier chaleureusement  tous leurs supporters pour la grande quantité de messages de soutien qu’elles reçoivent chaque jour.

Marathon 1 (suite) : ça trace !

Marathoniennes un jour, marathoniennes toujours

Après une première journée marathon pleine de promesses, Corinne et Valérie sont reparties de bon matin à la recherche des 6 balises du jour. Motivées comme jamais : « On a décidé de rouler seules et de faire nos traces. Un vrai bonheur. ».

Mais avant cela, un petit retour sur la journée d’hier, telle que l’ont vécu nos Gazelles.

RZRPremier passage, les dunes de Merzouga : « J’ai dégonflé à 700g et Go ! Au début il m’a fallu passer quelques dunes pour me familiariser avec les 100 chevaux de notre bolide. J’ai fait un petit ″jump″ mais vraiment petit. ».
Une petite frayeur pour Valérie qui n’avait pas l’habitude d’un véhicule aussi léger.

« Valérie me dit soudain : Coco tu mets trop de gaz, va plus doucement. Ok, la dune suivante j’ai mis moins de gaz et on s’est arrêtées à 1 m de la crête. Dommage !
Marche arrière et on a perdu 100 m. Alors j’ai dit à Valérie : laisse-moi faire et fais-moi confiance. Après je ne l’ai plus entendue
… ».

Corinne ajoute : « Pas un seul tanquage. Nous sommes sorties à 9h40, j’étais un peu frustrée de quitter mon terrain de jeu favori. ».

Mais tout n’a pas été aussi rose pour toutes les Gazelles. En effet, Marine de l’équipage 29 a fait quatre tonneaux et la coéquipière de Pilar sur l’un des quads du 24 a fait une casquette et deux tonneaux. Malgré de fortes douleurs musculaires, elle a refusé d’être évacuée en hélico, mais d’après Corinne : « … quand je l’ai vue à la dernière balise de la journée elle n’allait pas fort. ».

ValérieLe marathon a été difficile particulièrement au niveau de la navigation. Valérie a eu un gros doute pour trouver la balise n°8 : « Tout était confus, sûrement la fatigue mais en avançant un peu plus loin j’ai reconnu les reliefs et on a pu se recaper et trouver la 8 qui ouvrait ce matin. ».

L’heure du réconfort était enfin venue. La soirée au campement improvisé avec les autres quadeuses a permis de recharger les batteries.

La seconde partie du marathon a été bien différente. Les distances entre les balises étaient très importantes et pour la pilote c’était très éprouvant : « Beaucoup de grosses pierres, c’est très fatigant psychologiquement, j’ai toujours peur de crever. Je me suis d’ailleurs rendu compte que mon manomètre ne fonctionnait pas. Il affiche 1kg quand que je n’ai que 500g en réalité ! ».
Heureusement, un autre équipage (Gan), leur a prêté un manomètre, ce qui leur a permis de vérifier la pression des pneus. « Maintenant je comprends mieux pourquoi j’ai crevé 2 fois. » soupire Corinne…

Parcours

Néanmoins, ce ne fut pas la seule inquiétude : « On a eu très peur en fin de matinée ; je suis passée sur une grosse herbe à chameau mais je n’ai pas vu que derrière il y avait un petit tombant de 80 cm. Le RZR a passé sans problème l’herbe, mais après il a piqué du nez très fort sur le sol. Heureusement le bumper a bien joué son rôle et il n’y a pas eu de casse. Malgré tout on est resté tanquée à cause du fech-fech. Il a fallu creuser, pelle et plaques ont servi une fois de plus. Durant 30 minutes on a pelleté pour enfin s’en sortir. On a même fait un film ! ».

Le 14ème CP trouvé et validé, le Team21, devançant les autres participantes de leur catégorie, est arrivé à 16h au bivouac. Fatiguées mais heureuses d’avoir accompli un très beau marathon :
« On a fait 11,2 km de plus que le tracé idéal, j’espère que ce sera payant. ».

Corinne

Nous aussi on l’espère mes chères Gazelles, et on y croit très fort !

Marathon 1 : du sable, du sable…

Des dunes à perte de vue

La journée d’hier fut, comme vous le savez, marquée par quelques incidents.

Le classement de l’étape 2, publié dans la matinée, a confirmé l’excellente 3ème place de Corinne et Valérie, malgré un léger recul de 2 km par rapport aux premières concurrentes de l’équipage n°27. Rien n’étant joué, l’étape marathon qui débutait aujourd’hui offre à nos Gazelles de quoi refaire un peu de leur retard.

Je rappelle le principe d’une étape marathon : la course se déroule sur 2 jours, sans retour au bivouac possible, les équipages devant se débrouiller pour dormir dans le désert et repartir le lendemain pour terminer le parcours.

Marathon 1A

Cette première étape marathon – il y en a deux durant le rallye – comporte 14 balises réparties sur une distance de 230 km. En ce premier jour, les Gazelles ont découvert devant elles une immense étendue de sable et de dunes, dont certaines peuvent atteindre près de 200 m de haut.
Sur chaque étape marathon, 3 niveaux de difficulté de parcours sont proposés aux participantes. Plus le niveau est élevé, moins celui-ci est pénalisant pour le classement. Les plus expérimentées, comme Corinne et Valérie, choisissent le parcours le plus difficile afin d’avoir une chance d’atteindre le podium.

TracéLe Team21 est parti sur les chapeaux de roue, car les 5 premières balises ont été trouvées dans un temps record et surtout grâce à un tracé quasi parfait. 2 autres balises au minimum devaient encore être atteintes pour finir la journée. Mais les meilleures ne peuvent s’en tenir à ce minimum, et préfèrent lorsqu’elles le peuvent, s’avancer jusqu’à la tombée de la nuit, afin de gagner sur la journée du lendemain.
Valérie et Corinne ont donc poussé jusqu’au CP8 et y ont retrouvé quelques équipages pour y passer la nuit.

Il faut savoir qu’une nuit en plein désert est une expérience unique. Celle d’un silence profond et pur, sous une voûte étoilée dont les cités éclairées dans lesquelles nous vivons, nous ont privées depuis longtemps.

Pour les Gazelles, c’est une soirée de partage entre filles, où chacune a pris soin d’apporter quelque spécialité de sa région, arrosée d’une ou deux bouteilles bien choisies, histoire de fêter ce moment si particulier.

N’en disons donc pas plus, c’est un secret de Gazelles…

RZR   desert

12345...18

CLUB VOLKSWAGANG |
Mes miniatures a moi (2) |
JSP ID FIXE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Garage CITROEN à Méricourt ...
| L'expertise Automobile...
| Voiture de luxe: prestige, ...